Comment réagir en cas de crise

L’exploitation minière artisanale et à petite échelle du cobalt se caractérise souvent par des conditions de travail dangereuses, que l’on retrouve sur la plupart des quelque 40 sites miniers connus pour être en activité dans les provinces du Lualaba et de la Haute-Katanga. Des tunnels de fortune, un manque d’équipement minier professionnel, des réglementations mal appliquées et des structures de travail informelles conduisent fréquemment à des accidents plus ou moins graves, dont un trop grand nombre se solde par des décès.

Freddy Mwamba, expert en santé et sécurité de l’Alliance du Cobalt Équitable (ACE) à Kolwezi, a passé les quatorze dernières années à travailler dans le secteur minier industriel pour assurer le bien-être physique des travailleurs. Il a depuis tourné son attention vers le secteur du cobalt ASM, connu pour fournir un moyen de subsistance à plus de 100 000 personnes cherchant à gagner leur vie, malgré les risques associés au travail dans ces mines. Mwamba explique : « Notre gouvernement a reconnu l’exploitation minière artisanale comme un moyen de subsistance légitime lorsqu’il a introduit les ZEA. Nous ne voyons pas encore de professionnalisation de l’activité minière. La dure réalité est que les hommes qui travaillent sous terre doivent craindre l’effondrement des tunnels, de nombreux tunnels dépassant la profondeur maximale légale de 30 mètres, risquant ainsi de suffoquer ou d’être enterrés vivants – surtout pendant la saison des pluies. L’absence générale de procédures de santé et de sécurité et l’absence de formation régulière entraînent des blessures avec arrêt de travail, notamment des blessures liées à l’équipement, tandis que les femmes qui lavent et trient le cobalt peuvent être confrontées à des problèmes de santé liés à une exposition prolongée aux métaux lourds. Pour les travailleurs de ce secteur, cela signifie prendre un risque calculé au quotidien, car ils se rendent au travail à l’intérieur des mines alors que beaucoup ont perdu des amis et des collègues. La façon dont les travailleurs des mines réagissent en cas de blessure peut faire la différence entre un handicap permanent ou une blessure grave mais temporaire, voire entre la vie et la mort. »

La coopérative locale CMDS et l’ACE s’associent pour organiser une première formation aux premiers secours dans le cadre de leur collaboration stratégique.

Les 23 et 25 juillet 2021, l’équipe de l’ACE a collaboré avec la coopérative minière locale CMDS pour organiser des sessions de formation aux premiers secours à l’intention des mineurs artisanaux opérant sur le site de la mine de Kamilombe. Quelques semaines auparavant, CMDS et le président des mineurs avaient demandé à l’ACE de les aider à organiser une telle formation afin d’assurer des réponses appropriées en matière de premiers soins la prochaine fois qu’un accident minier se produira. Les sessions de formation destinées aux mineurs sont une partie essentielle de la mission de l’ACE d’aider les mineurs et les coopératives à professionnaliser leur travail, une des nombreuses améliorations que l’ACE cherche à encourager en travaillant avec les coopératives – leurs dirigeants ainsi que les mineurs artisanaux.

Les sessions de formation d’une journée entière ont eu lieu dans la ville minière de Kapata. Malgré les restrictions imposées par Covid, plus de 50 travailleurs permanents à long terme ont pu participer à la formation volontaire, y compris des creuseurs souterrains, des propriétaires de puits et des laveurs de minerai qui sont venus de leur propre chef pour apprendre ce qu’ils peuvent faire pour assurer leur propre sécurité et celle de leurs collègues.

Yves Kasongo, expert technique principal ASM, qui a travaillé avec SAEMAPE pendant plus de dix ans avant de rejoindre l’équipe de l’ACE, a ouvert la session en réfléchissant à la mission plus large de l’ACE de professionnaliser le secteur ASM du cobalt dans le but de créer des conditions de travail sûres et dignes pour les hommes et les femmes qui extraient le cobalt sur des concessions artisanales. Il a ensuite présenté le formateur principal en premiers secours, M. Gabriel Mwamba Yunga, un formateur officiel certifié en santé publique qui a travaillé dans le département de médecine du travail de la Gecamines pendant plus de 40 ans et a enseigné plus de 100 sessions de formation dans le secteur minier industriel.

Les participants ont appris les techniques de réanimation cardio-pulmonaire appropriées et comment les pratiquer sans risquer d’aggraver le cas de la victime, avec la possibilité de s’exercer sur un mannequin. Les mineurs ont également pu s’exercer aux techniques de bandage, se familiariser avec les soins de traumatologie et apprendre comment transporter une personne blessée en toute sécurité.

La formation a débuté par une discussion sur les risques professionnels de l’exploitation minière ainsi que sur le cadre légal et normatif de la santé et de la sécurité au travail. Le formateur a pris le temps de revoir les bases de l’anatomie et de la physiologie humaine avant de passer à la conduite à tenir en cas d’accident.

M. Yunga a souligné l’importance de rester calme dans les moments de crise et de ne pas paniquer. M. Yunga a expliqué qu’en cas d’accident, il ne faut jamais évacuer les blessés sans alerter d’abord les professionnels de la santé. Le groupe a appris que pour protéger une personne blessée, le secouriste doit d’abord l’examiner pour s’assurer qu’elle respire encore, vérifier si son cœur bat encore et si elle est consciente avant de l’extraire du sous-sol. Les participants ont partagé le fait que, par le passé, leur réaction instinctive était de sortir immédiatement leurs collègues blessés, sans savoir qu’ils pouvaient ainsi leur faire courir un risque accru.

Une équipe de terrassiers s’entraîne à porter un collègue blessé hors de la fosse. Après la formation, Walter, à l’avant-gauche, a déclaré : « Dans notre métier, les accidents sont fréquents. Avant, nous étions ignorants. Avec cette formation aujourd’hui, nous avons appris comment nous pouvons sauver des vies ».

 

La vision à long terme est celle de sites ASM sûrs et bien gérés.

Cette première session de premiers secours s’étant achevée avec succès, la CMDS continuera à surveiller la façon dont les mineurs réagissent dans des scénarios réels, en espérant que les compétences nouvellement acquises se traduiront par des réponses plus sûres. Des formations de recyclage dans les mois à venir permettront d’inculquer davantage ces pratiques et techniques, l’objectif étant qu’un plus grand nombre de travailleurs puissent bénéficier d’une formation structurée à l’avenir.

À la fin de la formation, les participants ont beaucoup apprécié l’initiative. Ils ont demandé à ce que ce type de formation soit organisé régulièrement et ont déclaré qu’ils l’avaient trouvée instructive et précieuse.  « Nous avons beaucoup appris aujourd’hui », a déclaré l’un des mineurs, Walter Nunga (photo ci-dessus), creuseur à Kamilombe depuis 2016. « Nous avons appris comment gérer et sauver une personne blessée, comment faire un massage cardiaque, comment la transporter à l’hôpital, et plus encore. Je pense qu’après aujourd’hui, je serai capable de sauver quelqu’un. Je suis également prêt à partager et à communiquer ce que j’ai appris aujourd’hui avec d’autres personnes. » Un autre creuseur, Edmond Kabela, a fait remarquer que, s’ils avaient su ce qu’il fallait faire et ne pas faire par le passé, il était certain que des vies auraient pu être sauvées.

La formation aux premiers secours n’est toutefois qu’un premier petit pas vers une gouvernance plus professionnelle des sites miniers à l’avenir. « Après cette formation…. nous voulons que l’ACE soit notre partenaire pour nous soutenir avec des formations afin de renforcer nos capacités en matière de santé et de sécurité au travail », a déclaré le président des creuseurs. Alors que le nouveau gouvernement national et provincial articule sa vision pour le secteur du cobalt ASM, CMDS et ACE prévoient d’investir dans l’amélioration de l’infrastructure du site minier, l’excavation de la terre arable pour réduire la profondeur des tunnels, l’introduction d’équipements de sécurité appropriés pour les travailleurs individuels, des équipements plus efficaces et une gouvernance plus structurée du site pour transformer les sites ASM comme Kamilombe en un environnement de travail sûr et digne.

Une photo de groupe des participants, des organisateurs et du formateur. Après la formation, tous les participants ont reçu un certificat de formation aux premiers secours.